Bienvenue dans notre Havre, aventuriers ! Laissez vous séduire par cette mystérieuse organisation qu'est le Cercle des Gardiens.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les débuts de la compagnie
Mar 27 Oct - 19:02 par Admin : Jéricho Kinéas
Salutations, tu viens de faire ton premier pas dans notre ordre. Ouvre donc la porte du savoir et découvre l'Histoire qui a fondée le monde tel que tu le vois.

L'Histoire du Cercle des Gardiens restera gravée dans la pierre pour des siècles. Ses Gardiens ont donné ce qu'ils avaient de plus précieux pour protéger Eorzea : leur vie. Mais laissez-moi vous expliquer comment tout a …

Commentaires: 0
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Sujets les plus vus
Rencontre entre Armin et Kranckiss
Armin Nuscule : l'orphelin
Jéricho Kinéas : le successeur
Ifkay Hastard : L'instrument de la haine
La potion anti-poison (quête d'Armin)
Kranckiss Hawkins : le Vétéran
Le point sur nos réunions
Ifkay Hastard , la Semi-Dragonne
Partlyne Nograd : l'imprévisible
Une rencontre inattendue [Event du 23/12/2015]
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe

Partagez | 
 

 La race Ao ra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin : Jéricho Kinéas
Admin
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 27/10/2015
Age : 24

MessageSujet: La race Ao ra   Mar 15 Déc - 14:03

Par Thooroon


(source principale: ici)

Les noms ao ra

Les conventions terminologiques pour les Ao Ra:  les Raen ont des noms empruntés au japonais. La seconde ethnie, les Xaela, emprunte au mongol.

Les Raen
Cette ethnie aoranne se distingue par ses écailles blanches aux reflets clairs. Ayant hérité des caractéristiques d'un ancêtre légendaire commun appelé le "Père de l'Aube", les Raen préfèrent vivre dans le calme et se montrent très patients. Bien que leurs terres se situent originellement dans les profondes vallées de lointaines contrées orientales, nombreux sont ceux qui ont récemment choisi de traverser les mers en quête d'aventure en Éorzéa.

Les noms japonais d’antan avaient un sens, et il en va de même pour les noms des Raen. « Hozan » provient de 宝山, ce qui signifie « montagne au trésor ». « Yugiri » provient de « 夕霧 » qui signifie « brume du soir ». Ainsi, il ne s’agit pas de simplement combiner divers phonèmes issus du japonais.

Alors, quelles sont les significations typiques des noms masculins de Raen ? En voici quelques exemples :

ウンザン(雲山) Unzan (littéralement « montagne nuageuse »)
カイエン(海燕) Kaien (littéralement « hirondelle des mers » -> « pétrel-tempête »)
イッセ(一畝) Isse (littéralement une ancienne mesure d’environ 30 pas)
ギョウセイ(暁星) Gyosei (littéralement « l’étoile de l’aube »)
フウゲツ(風月) Fugetsu (littéralement « lune et vent » -> un paysage agréable)
Pour la plupart, ils sont liés aux éléments naturels qui représentent une certaine puissance ou une certaine agilité, voire qui sont même incontrôlables. Les noms des fermiers et des pêcheurs incluront même des éléments liés à leur profession. 荒海Kokai (littéralement « mer déchaînée ») en étant un exemple.

Arrêtons-nous désormais sur les prénoms féminins. Ils sont principalement inspirés par les plantes, le temps, les oiseaux ou d’autres mots liés aux saisons : des mots qui représentent la beauté et la bienveillance dans la société de Doma. En voici quelques exemples :

アジサイ(紫陽花) Ajisai (littéralement « hortensia »)
イザヨイ(十六夜) Izayoi (littéralement la 16e nuit -> entre la 16e et la 17e nuit de la 8e lune)
クモキリ(雲切) Kumokiri (littéralement « coupe-nuages », une variété d’orchidées)
コハル(小春) Koharu (littéralement « petit printemps » -> été indien)
Il va sans dire que les règles énoncées ci-dessus ne sont pas gravées dans le marbre. Bien que cela ne soit pas commun, il est possible qu’une femme ait un nom représentant une puissante tempête, ou qu’un homme s’appelle « jolie rose ».

Tout comme pour la plupart des autres ethnies, les Raen ont également des noms de famille. À l’inverse de leurs ancêtres aorans qui utilisaient le nom de leur clan en guise de nom de famille, les Raen actuels ont adopté une pratique plus complexe. Les familles de guerriers (et, plus généralement, les familles au pouvoir) sont les seules étant « autorisées » à porter un nom de famille à Doma, ces derniers étant souvent basés sur leurs prouesses au combat ou leur position au sein de l’armée.

En voici quelques exemples:

ブヘン(武辺) Buhen (littéralement « bravoure au combat »)
ユヅカ(弓束) Yuzuka (littéralement « poignée de l'arc »)
グンジ(軍侍) Gunji (littéralement « samouraï de l’armée » ou « guerrier » -> « soldat »)
ヤツルギ(八剣) Yatsurugi (littéralement « huit lames »)
オビナタ(帯刀) Obinata (littéralement « lames portées à la taille » -> le fait de porter deux armes indiquait que l'on était un guerrier)

Bien que leurs noms ne soient pas reconnus par la classe au pouvoir, les familles de marchands et de fermiers s’octroient tout de même des noms de famille afin de se faciliter la vie quotidienne, notamment des noms qui reflètent leurs activités professionnelles.

En voici quelques exemples :
モトカワ(原皮) → 猟師や革細工職人など
Motokawa (littéralement « peau originelle). Utilisé par les chasseurs et les tanneurs.
ヌシヤ(塗師屋) → 漆器職人や漆器商人など
Nushiya (littéralement « boutique du spécialiste de la laque »). Utilisé par les peintres ou les revendeurs de produits laqués.
ナエウリ(苗売)→ 農民や苗を売る商人など
Naeuri (littéralement « vendeur de semis »). Utilisé par les fermiers et les vendeurs de jeunes plants.
カサヌイ(笠縫) → 笠を作る職人など
Kasanui (littéralement « tisseur de parapluies »). Utilisé par les fabricants de parapluies.
トリオイ(鳥追) → 農民や猟師など
Torioi (littéralement « traqueur de volatiles »). Utilisé par les fermiers et les chasseurs.

Mais il y a un hic.
Nombre d’entre vous sont au courant de la façon dont s’écrivent les noms japonais. Le nom de famille est généralement placé devant le prénom (Watanabe Ken au Japon, mais Ken Watanabe dans les pays occidentaux). Qu’en est-il alors des Raen ? À Doma, les noms s’écrivent ainsi :

ヤツルギ(八剣)家のユキ(雪)
Yatsurugi no Yuki -> Yuki, de la famille Yatsurugi
Nom de famille X + no + prénom Y -> Y, de la famille X
(« no » étant le mot raen (mais également japonais) pour « de »).

Toutefois, les Domiens savent que les habitants d’Éorzéa placent leur prénom avant leur patronyme, et respectent cette règle lorsqu’ils se rendent dans leurs contrées. Ainsi, Yuki Yatsurugi sera la version éorzéenne du nom domien.

Les Xaela (ou Xael Ra)
Ces Ao Ra ont la particularité d'avoir des écailles noires aux reflets sombres. Ayant hérité du caractère de l'ancêtre légendaire de leur espèce qu'est la "Mère du Crépuscule", les Xaela montrent un grand intérêt pour les faits d'armes et sont de nature belliqueuse.
Nomades, ils se déplacent en petits groupes, généralement centrés sur des liens familiaux. Ce mode de vie a conduit certains d'entre eux en Éorzéa.


Les noms des Xaela sont basés sur des noms mongols utilisés aux alentours du XVe siècle. Des listes d’anciens noms mongols sont également consultables sur internet pour ceux d’entre vous, passionnés d'histoire mongole ancienne (et je suppose que vous êtes nombreux). Pour vous donner une petite idée, voici quelques noms masculins et féminins déjà ajoutés à la base de données de FFXIV :

Noms masculins :
Ambagai
Chiledu
Tagadhur
Khudus
Ozbeg
Noms féminins :
Khojin
Mide
Alun
Dagasi
Ogul

À l’inverse des noms de Raen, dont l’orthographe obéit à des règles fixes et pour lesquels il n’y a pas de grandes variations, les noms des Xaela peuvent être orthographiés de différentes façons, toutes acceptables. Les Xaela étant une peuplade nomade, ils vivent en partie en solitaire (lorsqu’ils voyagent en clan) et en partie en communauté (lorsqu’ils interagissent avec d’autres clans qu’ils rencontrent lors de leurs voyages). Ainsi, des noms similaires peuvent être employés dans toutes les steppes d’Othard, mais il existe de légères différences orthographiques en raison du développement séparé des clans. Un autre facteur à prendre en compte est le fait que, jusqu’à tout récemment, l’écriture était quasi-inexistante parmi les tribus, le langage écrit n’étant pas une nécessité pour un style de vie nomade.

Les noms masculins Jagadai, Chaghadai et Tsagaday sont tous, grosso modo, le même nom. Toutefois, en Othard (et dans FFXIV de manière générale), ils sont considérés comme uniques.

Bien que les Raen aient abandonné l’utilisation de noms de tribus en tant que patronymes en se sédentarisant, les Xaela perpétuent cette tradition. Cela signifie que, pour la plupart, les noms de famille des Xaela reprennent l'un des 51 noms de tribus existants. Vous trouverez ci-dessous une liste avec une brève description. Les mots employés sont en majeure partie librement adaptés de noms orthographiés en mongol, entre le XVe et le XVIIe siècle.

Adarkim La plus grande des tribus parmi les Xaela. Bien qu’ils ne soient pas particulièrement doués pour le combat, ils sont bien plus nombreux. Ils ne s'attristent pas lorsqu'ils perdent l'un des leurs et sont conscients qu’une victoire future sur une tribu plus faible leur permettra d'augmenter leur effectif.
Angura Une petite tribu qui réside principalement dans la région montagneuse au nord-est d’Othard. L’éclat qui se reflète sur les neiges éternelles qu'ils ont longtemps parcourues a donné à leur peau un ton sombre et brunâtre.
Arulaq Une tribu que l’on pensait éteinte depuis 200 ans, mais retrouvée dans une vallée isolée des montagnes au nord.
Avagnar Bien qu’ayant été vaincus et ayant rejoint les Adarkim, plusieurs chefs de tribu orgueilleux utilisent toujours ce nom ancestral en secret, tout en étant conscients que s’ils sont découverts, la mort les attend.
Bairon Une tribu de taille moyenne vivant dans les déserts au sud et dont les membres sont passés maîtres dans l'art de la survie dans les milieux arides. Les Bairon apprennent dès leur plus jeune âge à récolter et à consommer leurs fluides corporels, ce qui leur permet de s’aventurer dans des lieux reculées, où aucune autre tribu n'avait mis les pieds.
Bayaqud Une tribu à la frontière ouest des steppes. Comme le veut la tradition, les femmes de la tribu Bayaqud ont plusieurs époux, tout comme l’a fait la matriarche fondatrice de la tribu, 2 000 ans auparavant.
Bolir Une petite tribu qui survit en récoltant les déjections des troupeaux de bêtes qui vivent dans les steppes. Celles-ci sont séchées puis transformées en charbon dans des fours de fortune pour être vendues aux autres tribus.
Borlaaq Une tribu exclusivement féminine. Bien que la reproduction avec des hommes d’autres tribus soit tolérée, car nécessaire, si un bébé de sexe masculin naît au sein de cette tribu, il sera abandonné dans l’année suivant sa naissance.
Buduga Une tribu exclusivement masculine dont les rangs n’augmentent qu’à travers le combat et les enlèvements.
Dalamiq L’une des rares tribus de Xaela ayant abandonné leur vie nomade pour bâtir un petit village sur un îlot au milieu d’une rivière large de deux malms. On dit qu’ils vénéraient autrefois le satellite qui s’est depuis écrasé.
Iriq Une tribu qui suit les Borlaaq, recueillant les bébés de sexe masculin abandonnés par les guerrières et qui les élèvent comme étant les leurs.
Jhungid La seconde plus grande tribu des Xaela. Les Jungid sont les ennemis jurés des Kharlu et passent le plus clair de l’année à assujettir de plus petites tribus, afin de se préparer pour le combat annuel qui les oppose aux Kharlu. Les vainqueurs gagnent le contrôle d’une grande partie des côtes orientales.
Kharlu La troisième tribu la plus grande parmi les Xaela. Les Kharlu sont les ennemis jurés des Jungid et passent le plus clair de l’année à assujettir de plus petites tribus afin de se préparer pour le combat annuel qui les oppose aux Jungid : les vainqueurs gagnent le contrôle d’une grande partie des côtes orientales.
Khatayin Une tribu particulièrement discrète, qui chasse la chèvre dans les montagnes pendant neuf lunes sur toute une année. Les trois lunes restant sont passées au pied de la grande chaîne de montagnes au nord, où ils survivent grâce à la viande séchée qu’ils ont emmagasinée pendant le reste de l’année.
Malqir Une tribu des steppes occidentales avec une méthode unique pour élire son chef. Au lieu de s'attacher à déterminer qui sera l'individu le plus fort, comme c’est généralement le cas, leur rituel impose une partie de Kharaqiq. Il s'agit d'un jeu comparable aux échecs et qui se joue sur un plateau circulaire divisés en trois anneaux.
Mankhad Une tribu côtière qui se bat à l’aide de fléchettes en os trempées dans le poison d’un poisson-globe. Les membres de la tribu maîtrisent la sarbacane à tel point qu’ils peuvent mettre leur cible hors d’état de nuire à 200 pas de distance.
Mierqid Une tribu du désert qui, au fil de l’année, voyage entre plus d’une centaine de dépôts enterrés tenus secrets. Ils les renflouent à chaque visite.
Noykin Ils sont passés maîtres dans le domptage des chevaux sauvages qui vivent dans la majorité des steppes. On dit que les femmes des Noykin peuvent dompter n’importe quelle bête en une semaine.
Olkund La tribu Olkund vit dans les steppes centrales. La reproduction sélective pratiquée par ses membres a permis aux mâles de mesurer en moyenne plus de deux yalms et demi. La taille des femmes, pour une raison qui demeure inconnue, est restée la même.
Dazkar Les tâches domestiques, telles que la cuisine, le nettoyage et l’éducation des enfants, sont effectuées par les hommes qui, à moins d’être en déplacement, ne quittent que très rarement la yourte familiale. Les femmes s’occupent de la chasse et elles sont redoutées dans les steppes, car ce sont les meilleures archères de la région.
Oronir Les membres de cette tribu pensent être les descendants directs d’Azim, la déesse du soleil qu'ils vénèrent tous.
Oroq Les Oroq fabriquent des luges à base de roseaux trempés dans la graisse de cheval pour les aider à transporter leurs possessions et leurs jeunes enfants à travers les plaines intérieures.
Qerel Les guerriers de cette tribu portent tous des armures intégrales constituées d’os de tigres des steppes qu’ils tuent à mains nues, une fois l’âge de maturité atteint.
Torgud Les membres de la tribu ne portent aucun vêtement, préférant se couvrir presque intégralement d’une peinture blanche à base de boue, de chaux et d’os concassés. Cette peinture les aide à combattre le soleil implacable du désert.
Tumet À leur dixième année, les enfants de la tribu des Tumet sont attachés à un arbre sacré tandis que le reste de la tribu range les affaires et part vers sa prochaine destination. Ceux qui parviennent à se libérer de leurs liens et à rattraper les leurs à l’endroit suivant se voient baptisés, et intègrent ainsi la tribu.
Ugund Lorsque les membres de la tribu meurent, leur tête est détachée de leur corps puis placée dans une amphore pleine de lait de chèvre. Une fois que la tête a absorbé tout le liquide, elle est enfouie sous une fourmilière afin que les ouvrières transportent l’esprit dans l’au-delà. On dit que le voyage est terrible et perturbé par de nombreux fantômes. Le fait que l’esprit soit ivre est censé faciliter ce périple.
Uyagir L’une des rares tribus de Xaela qui a abandonné la vie nomade. Les Uyagir habitent dans un réseau de souterrains en calcaire à l’extrême nord des déserts méridionaux. On dit qu’ils ont été creusés par des scarabées ressemblant à des oliphants géants, envoyés dans la région par les dieux afin de punir les anciennes tribus de leur cupidité grandissante.
Dhoro Une tribu discrète qui évite le contact avec la plupart des autres tribus. Des sentinelles sont postées autour de leurs camps et ont pour ordre de fuir si un étranger est repéré.
Orben Une tribu qui navigue constamment en amont et en aval de la grande rivière intérieure sur des embarcations tressées à partir de roseaux, puis renforcées avec des écailles provenant de leur propre peau.
Ejinn Une tribu des cours d’eau qui nage d’un endroit à l’autre au lieu de marcher ou de naviguer en bateau. On dit que les membres de la tribu des Ejinn peuvent retenir leur respiration pendant très longtemps et nagent en immersion totale, afin d’éviter tout contact avec les tribus hostiles.
Dotharl Une tribu d’une violence extrême qui ne se complaît que dans le massacre et dont les membres ont appris dès leur plus jeune âge à ne pas craindre la mort. Bien qu’ils soient prompts à attaquer les autres tribus, leur taux de mortalité est élevé, et leurs rangs ne grandissent jamais dans des proportions incontrôlables.
Hotgo Une tribu récemment massacrée par les Dotharl. Les seuls survivants sont les membres qui ont quitté la tribu pour voyager en solitaire et qui n’étaient donc pas présents lors de la tuerie. Les Hotgo étaient connus pour leurs maquillages faciaux aux couleurs vives et que les membres modifiaient fréquemment au gré de leur humeur.
Sagahl Une tribu qui considère que toute bête est l'égale de l'homme, refusant ainsi de les manger ou de les utiliser comme bêtes de somme. Par conséquent, le régime alimentaire des Sagahl se réduit principalement à des végétaux poussant dans les steppes et à des insectes.
Kahkol Une tribu composée d’orphelins et de réfugiés de tribus vaincues ou anéanties. Nombreux sont ceux qui décident d’allier leur ancien nom à celui de la tribu des Kahkol.
Kha Les Khas vivent à la lisière des terres des Xaela, et à l'inverse de leurs frères, ils cherchent activement à entrer en contact avec les membres des autres races. Ils intègrent ainsi de nombreux aspects des autres cultures à la leur.
Mol Une petite tribu de fidèles des anciens dieux. Les Mol consultent leurs divinités (à l’aide d’un chaman) avant de prendre toute décision liée à la vie de la tribu, que ce soit pour la destination de leur prochaine migration ou pour les bêtes à chasser quotidiennement pour se nourrir.
Gesi Les Gesi sont passés maîtres dans le maniement de la lance-javeline, une arme de taille moyenne sculptée à partir d’un os de mammouth et qui, au lieu d’être lancée à la main, est propulsée par une lanière en cuir afin d’en augmenter la portée, la vitesse et la puissance d’attaque.
Kagon Les Kagon sont une tribu nocturne du désert qui voue un culte à Nhama, déesse de la lune et ennemie jurée d’Azim, la déesse du soleil. Nhama leur ayant inculqué que le soleil était synonyme de mort aux mains de la malfaisante Azim, ils passent le plus clair de la journée dans leurs tentes, et n’en sortent que la nuit venue pour chasser et migrer. Par conséquent, leur peau est anormalement pâle pour une peuplade vivant dans un climat toujours assez clément.
Goro Les Goro considèrent que les chevaux sont des êtres parfaits. Une fois l’âge de raison atteint, chaque homme et chaque femme se voient mariés à un cheval du sexe opposé. Les partenaires reproductifs sont choisis par tirage au sort.
Gharl Avant chaque migration, les Gharl remplissent une urne sacrée de la terre où ils viennent de camper. Celle-ci est ensuite versée sur le sol en arrivant à la destination suivante. Cette tradition se perpétue depuis des milliers d’années. Les gens tendent ainsi à penser que les steppes sont faites de la même terre.
Dataq Les Dataq parcourent sans doute le plus de terrain lors de leur migration, car ils ne s’arrêtent jamais très longtemps dans un même endroit. Ils dorment en selle et les tentes ne sont utilisées que lorsque les pluies sont si intenses qu’elles en deviennent insupportables.
Haragin Les légendes de cette tribu côtière parlent d’un groupe d’ancêtres ayant fabriqué un navire géant pour naviguer sur le vaste océan oriental. Les explorateurs en sont revenus avec des récits d’îles effrayantes couvertes de gigantesques monolithes gris et habitées par des démons d’acier cracheurs de feu.
Ura Cette tribu vivant dans les montagnes est l’une des rares qui, au lieu de chasser, extrait les précieux minerais de la roche et les échange contre de la nourriture auprès des autres tribus.
Mok Une tribu particulièrement discrète, car ses membres sont répartis dans différentes tribus (sans que ces dernières ne soient au courant). La communication entre ses membres se fait en de rares occasions lorsque ces tribus viennent à se rencontrer, et se traduit par quelques signes de la main, compréhensibles uniquement des initiés.
Geneq En plus de la langue standard utilisée par la plupart des Xaela pour la communication intertribale, les Geneq utilisent un système de sifflements et de cliquetis complexes.
Horo Pour les habitants de la steppe se contentant d’un mode de vie frugal, le surpoids est un symbole d’opulence et d’autorité. Pour paraître plus gros qu’ils ne le sont en réalité, les Horo boivent de grandes quantités d’eau afin de se faire gonfler le ventre.
Himaa Pour des raisons inconnues, une grossesse sur trois chez les Himaa donne des jumeaux. Par conséquent, plus de la moitié des membres de la tribu ont un sosie. Cela peut s’avérer être un avantage lors des attaques, car l’ennemi pense que les morts sont revenus à la vie.
Malaguld L’une des seules tribus qui accepte les raens (les exilés et ceux ayant fui la persécution, dans leur clan).
Urumet Les membres de cette tribu du désert ont l’étrange habitude de voyager en portant leurs aînés sur leurs épaules. On dit que, dans la platitude du désert, cela permet à la tribu de voir sur de plus longues distances.
Qalli Connus également sous le nom d’oiseaux chanteurs, les Qalli communiquent à l’aide de chansons, alliant une mélodie à leurs paroles afin d'insuffler davantage d’émotions et de sens.
Qestir Cette tribu refuse de parler, voyant les mots comme des mensonges. Elle considère que seuls les actes ont un véritable sens.

Les steppes d’Othard s'étendent sur une région très vaste, il est donc possible d’y croiser un Xaela dont le nom de famille ne figure pas dans la liste des 51 noms. Cela peut signifier qu’il vient d’un clan récemment anéanti ou assimilé par un autre. Cela peut également vouloir dire qu’il s’agit d’une nouvelle tribu formée par des membres en ayant quitté une autre, ou qu'ils viennent d'une tribu inconnue ayant su échapper aux yeux du monde, cachée dans les montagnes septentrionales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercledesgardiens.forumactif.org
Admin : Jéricho Kinéas
Admin
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 27/10/2015
Age : 24

MessageSujet: Re: La race Ao ra   Mar 15 Déc - 14:20

Par Thooroon

Les Ao Ra, fragments d'enseignements épars
Les notes qui suivent sont issues de mes recherches à gauche, à droite, sur le net, et de reconstitutions qui me sont propres entre les bouts de lore. De fait, ces informations sont à prendre au conditionnel, d'autant que je ne peux pas me livrer à un fastidieux travail de référencement dans l'immédiat

Le rapport aux Dragons:

Les Ao Ra refusent majoritairement de se voir affiliés avec les dragons, qu'ils perçoivent, au mieux, comme une sous-espèce primitive, et au pire, comme un affront vivant à ce qu'ils sont. La similitude physique entre les espèces amène certains Ao Ra à la crise de nerfs, mais en majorité, les membres de cette espèce considèrent qu'il n'y a aucun rapport entre eux et les dragons.
Leur argumentaire se fonde sur le fait que les "cornes" des Ao Ra sont en fait des canaux d'audition, ce que ne sont absolument pas les cornes des dragons; que les "écailles" Ao Ra sont des plaques de corne aux motifs aussi originaux que les empreintes digitales, et que leur appendice caudal est disproportionné par rapport aux dragons.

D'autres au contraire se réclament de cet héritage lointain, prétendant qu'ils sont des dragons devenus assez intelligents pour allier la force séculaire de leur race à la ruse perverse des hyurois. Ils parlent alors de dragons primordiaux qui auraient maîtrisé assez d'ether pour transformer leur progéniture en une espèce hybride

Les règles sociales:

Il convient de discuter Raen et Xael sur sur sujet.

Les Raen, sédentaires et grégaires, ont acquis un niveau de civilisation proche de celui des hyurois, et respectent peu ou prou les mêmes impératifs sociaux. Les guerriers sont hautement considérés (comme on l'a vu, eux seuls portent "officiellement" un nom de famille) mais les autres professions ne sont pas dénigrées pour autant. La plupart des Raen sont commerçants, aubergistes ou agriculteurs (visiblement, les artisans ne sont pas légion parmi eux).
Cela a conduit à une société basée sur la négociation et les tractations; les Raen sont globalement des individus bonhommes mais contestataires, cherchant toujours à négocier, renégocier et à se placer dans chaque discussion. Il n'y a pas vraiment de solidarité entre les familles en dehors des liens personnels, la richesse des uns se construisant sur le détournement de celle des autres.

Les Xael, à l'inverse, sont un peuple itinérant, sauvage et clanique. Leur société est dominée de manière absolue par les combattants, et chaque membre des clans sait en principe se battre. Selon les clans, l'importance des richesses est variable, mais le pillage est monnaie courante. Les clans s'affrontent, se soumettent, se réduisent en servitude... Pour un guerrier, il est humiliant d'être dépossédé de ses armes, et réduit à travailler la terre (ingrate) des steppes. Ayant peu de ressources primaires, les Xael ont appris à les optimiser, et l'artisanat est le pendant logique de leur société. Chaque ressource fait l'objet d'une exploitation la plus complète possible, et l'artisanat xael, bien que "primitif", a une beauté sauvage qui plaît beaucoup.
La société xael est basée sur la domination. Les défis sont courant, les affrontements amicaux, fréquents, l'espérance de vie, raccourcie. En contrepartie, les clans sont solidaires entre eux, et il n'existe ni pauvres, ni indigents, dans une société globalement sobre dans ses besoins et amenée à bouger fréquemment.

Certains clans particulièrement sanguinaires admirent les dragons comme l'incarnation de la puissance brute et se conduisent sur un mode identique: meurtre, pillage, vol et viol sont considérés comme la rétribution du guerrier valeureux, et un acte de charité pour les vaincus serait considéré comme de la faiblesse.

Les caractéristiques physiques:

Les mâles sont grands et musculeux, avec des "cornes" saillantes et des plaques de corne placées aux endroits "sensibles". Leur taille égale, voir dépasse, celle des Roegardyn, bien que leur constitution soit beaucoup plus fine et élancée.
Les femelles sont petites et graciles, avec des "cornes" en retrait et des plaques de corne décoratives. Elles ont la taille des hyuroises et des elezen, à peu de choses près.

Cette différence fondamentale ne s'explique absolument pas, puisque rares sont les clans reléguant les femelles à des rôles subalternes chez les Xael, et que les Raen ont au contraire une société assez typée "féminine".

HRP, l'explication est que les Ao Ra femelles sont des lolitas, alors que les Ao Ra mâles sont des guerriers samouraï. Secksey, quand tu nous tiens...

Selon les légendes Raen, le Père de l'Aube était beaucoup plus grand que la Mère du Crépuscule, bien que beaucoup plus accommodant. les mâles ont hérité de la taille du premier, et les femelles, de la seconde. Cette explication n'explique malgré tout pas pourquoi les Raen et les Xael sont similaires en taille.

les Xael dracolâtres ont une version un peu différente, disant que les dragons primordiaux n'ont pas fusionné avec le même type de "protohumain", le mâle ayant choisi un Elezen, et la femelle, une lalafell.

[to be continued, en fonction de découvertes ultérieures]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercledesgardiens.forumactif.org
 
La race Ao ra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Insertion des nouveaux combos race/classe
» [CR] Race for Berlin - Zhukov vs Koniev
» Arghhhhh...toujours rien ! c'est un lapin de race Bernardo ?
» Reaver Race ; un jeu de course dans la Toile
» Scud Race board into Sega Rally2 cab....audio problem...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle Des Gardiens :: LE ROLE PLAY :: Guide du lore (background)-
Sauter vers: